Pegasus Racing : “Avoir une deuxième Morgan est un atout supplémentaire”

Absent de l’European Le Mans Series depuis 2011, le Pegasus Racing fait son retour cette saison avec l’engagement d’une Morgan LM P2 motorisée par Nissan. Le team strasbourgeois vient de faire l’acquisition d’un second châssis Onroak Automotive si bien que l’on verra deux Morgan en 2015 sous les couleurs du Pegasus Racing. En parallèle, l’équipe dirigée par la famille Schell a pris part aux 24 Heures du Mans où le trio Roussel/Schell/Leutwiler s’est classé dans le top ten de la catégorie. La très belle prestation de Léo Roussel dans l’équipage a permis de découvrir un jeune pilote promis à un bel avenir en Endurance.

En Autriche, Jonathan Coleman retrouve le baquet de la Morgan aux côtés de Julien Schell et Nikki Leutwiler. La trêve estivale est très productive du côté du Pegasus Racing qui a reçu il y a peu un second châssis Morgan LM P2. L’objectif est de bien terminer la saison 2014 avant d’entamer 2015 avec des ambitions relevées et la présence de deux Morgan en ELMS et aux 24 Heures du Mans. Avant le meeting du Red Bull Ring, Julien Schell est revenu avec nous sur les 24 Heures du Mans avec déjà un œil sur 2015.

Quel est le bilan des 24 Heures du Mans ?

« L’édition fut très positive. Rallier l’arrivée était pour nous l’objectif à atteindre. Nous sommes une petite équipe et il a déjà fallu réussir à organiser les choses un mois seulement avant la Journée Test. On a montré notre sérieux et tout le monde a découvert un jeune pilote de talent en la personne de Léo Roussel qui a surpris pas mal de monde. »

Les essais ont été mouvementés…

« Malheureusement, il y a eu le crash du jeudi entre Léo et une Audi. Tout le monde a été rassuré de voir Léo sortir seul de la voiture. La deuxième crainte était de savoir si le châssis Morgan était touché ou pas. Par chance, ce n’était pas le cas. C’est aussi pour ce type de mésaventure que l’on a choisi un châssis Onroak Automotive. C’est un avantage que le constructeur soit basé tout près du circuit du Mans pour la fourniture de pièces. C’est la seconde fois que nous connaissons une violente sortie de piste avec une Audi à cet endroit. En 2010, Fred Da Rocha avait connu pareille mésaventure. La différence, c’est que cette année, l’accident n’est pas arrivé en course. Léo a été la très bonne surprise aussi bien sur le plan humain que sportif. C’est quelqu’un qui a vraiment la tête sur les épaules. En cinq tours lors de la Journée Test, il avait déjà cerné le gros de la Morgan. Il sait gérer une course à plusieurs. »

La course a été plus tranquille ?

« Nous étions partis pour faire une course d’attente. L’arrivée de la pluie a donné un stress supplémentaire car Nikki n’avait jamais roulé avec l’auto sous la pluie. On a joué très safe en chaussant les « wet » dès le début. Pour le reste, nous avons connu quelques soucis mineurs comme tout le monde. Notre sélection s’est décidée tardivement, donc nous n’avons pas pu nous entraîner comme nous le souhaitions. Le timing a été court après Imola mais cela nous donne une base de travail pour 2015. Notre participation au Mans va nous aider au Red Bull Ring. L’objectif est de faire mieux qu’à Silverstone et Imola. Jonathan revient avec nous pour terminer la saison. »

Le championnat ELMS est conforme à tes attentes ?

« Le niveau est très élevé avec de très bons gentlemen en LM P2. A nous de travailler pour être au niveau. Silverstone n’a pas été de tout repos et nous avons fait notre boulette de l’année. Imola a été compliqué du fait de la mixité P2/GT sur un tel tracé. Il y avait beaucoup de voitures et cela faisait penser à du saut d’obstacle. On embête les GT et la seule façon de passer est de se jeter au freinage. Je regrette juste que nous n’ayons pas pu rouler à Silverstone et Spa en même temps que le FIA WEC. Ce serait plus glorieux de rouler face aux LM P1 et un bon entraînement pour Le Mans. »

Une deuxième Morgan LM P2 a rejoint récemment les ateliers du Pegasus Racing. Pourquoi ce choix ?

« L’idée est de faire grandir le team. On a besoin de stabilité et de bons résultats. La seconde auto va rouler en essais à partir d’août avec la possibilité de l’aligner au Paul Ricard et Estoril. Nous avons déjà connu l’expérience de n’avoir qu’une seule auto et cela complique la donne. Les deux Morgan rouleront en 2015 avec deux demandes pour Le Mans. Le Pegasus Racing souhaite être en LM P2 sur le long terme. Avoir une deuxième Morgan est un atout supplémentaire. »

L’équipage est connu ?

« Dans un premier temps, la deuxième Morgan va nous permettre de tester plusieurs pilotes avec qui nous sommes en contact. L’idée est de garder le même équipage sur la #29 même si la question de savoir si je reste pilote se pose. Il est possible que j’arrête de rouler afin de me concentrer à 100% sur l’équipe. Si j’arrête, l’idée est d’avoir un pilote de premier plan pour concurrencer les équipes de pointe. Si possible, nous appliquerons la même chose sur la seconde auto. On aimerait bien avoir Léo avec nous mais rien n’est confirmé. Les deux Morgan seront motorisées par Nissan avec probablement le même manufacturier pneumatique. » 19 juillet 2014 par Laurent Mercier So

0 Responses to "Pegasus Racing : “Avoir une deuxième Morgan est un atout supplémentaire”"

  1. kurt dit :

    .

    thank you!…

  2. mark dit :

    .

    thank you!…

  3. Greg dit :

    .

    áëàãîäàðñòâóþ….

  4. nick dit :

    .

    ñïàñèáî çà èíôó….

  5. Timothy dit :

    .

    thanks for information!!…

Leave a Reply

*