Dernière manche du Championnat de France : CHAZEL NE LÂCHE RIEN

Si les jeux sont fait au niveau du Championnat de France, remporté de manière impériale dès les Cévennes par Jean-Marie Cuoq et Marielle Grandemange, tout est encore possible pour le Team Chazel by GT2i au Championnat Team, mais également pour Romain Salinas dans le Trophée R2… Ultime épreuve du Championnat de France, ce 58e Rallye du Var, qui se déroule autour de Sainte-Maxime, sera une vraie finale pour de nombreux équipages ! Chez Chazel, on ne lâche rien…

Guigou (Twingo R2 Evo) :

“Le Var, c’est le rallye que je préfère ! “

Manu Guigou lâche sa monture habituelle en Championnat de France (Mégane RS N4) pour prendre le départ de ce rallye du Var au volant de la petite bombe de Renault Sport Technologies, la Twingo R2 Evo. “C’est un petit bolide capable de réaliser de très grandes performances. Ses résultats l’ont montré tout au long de la saison. De mon côté, je vais retrouver l’exploitation d’un moteur atmosphérique sur asphalte. Il va falloir rouler à des régimes plus élevés et “jouer” dans les tours. Le Var, c’est le rallye que je préfère, celui sur lequel j’ai le plus d’expérience. Le profil de routes me plaît. Le terrain est compliqué avec des choix de pneus difficiles. Nous pourrons compter sur les Michelin et sur l’assistance de l’équipe Chazel Technologie Course pour prendre les bonnes décisions. Je garde de très bons souvenirs de cette épreuve. Nous avons déjà vécu des duels épiques avec des pilotes habitués du Championnat de France…”

Cherain (Mégane RS N4) : “Préparer 2013…”


Après un passage à la DS3 en début de saison, Cédric Cherain est revenu à la Mégane RS N4 sur les deux dernières épreuves du Championnat de Belgique. Avec une place de 4e au scratch, 1er deux roues motrices et 1er de Groupe à l’East Belgian Rally, puis une 2e place de Groupe et la 1re place deux roues motrices au Condroz, il démontre son talent au volant de cette auto. “Pourtant, au Condroz, c’était compliqué. Il y avait plus de boue et de terre sur la route que dans les champs. Pas évident avec une 2 roues motrices !” On retrouve donc Cédric au Var, pour l’ultime épreuve française. “J’ai prévu de faire trois courses cette année avec Renaud, celle-ci sera la troisième. Le Var, je ne l’ai jamais fait mais je le connais de réputation. C’est toujours bon pour un étranger que de s’y aligner, car c’est un rallye compliqué. La Mégane devrait y trouver sa place. C’est une auto très performante, et c’est à mon sens un des meilleurs rapports qualité/prix du plateau, en rallye. Et puis, j’y suis revenu car je suis fidèle aux marques avec lesquelles je roule, et Renault m’a pas mal “donné” depuis que je pilote. Enfin, ce Var, c’est la finalité normale de ma saison, et aussi le moyen de préparer au mieux 2013 qui devrait se faire en Mégane… Mais ça, on en parlera après le Var!”

Salinas (Twingo R2 Evo) : “La vraie finale !”

Toujours en bagarre au Trophée avec Laurent Clutier, et après sa victoire aux Cévennes, Romain Salinas va jouer ici son va-tout. “Je suis très content d’être au départ du Var et d’avoir participé aux six épreuves… C’est inespéré, et c’est grâce à mes partenaires, nos parents et les primes que j’ai pu prendre au cours de la saison. Avec notre petit budget, c’est déjà une grande satisfaction ! En plus, ma position au Trophée est un deuxième motif de satisfaction. Le Var va être une vraie finale. Tout va se jouer sur cette course. La stratégie est simple : rouler à bloc, le plus vite possible, sans faire d’erreur. Après, que le meilleur gagne. Ce que je ne veux surtout pas, c’est avoir des regrets à l’issue du rallye, et penser que j’ai pu laisser passer le titre par excès de prudence. A certains moments, il faut arrêter de gérer et y aller ! Comme l’a dit Aimé Jaquet en 98, “une finale, ça ne se joue pas, ça se gagne!” Seul le vainqueur reste dans les mémoires. Et puis il y a de nouveaux venus qui vont venir jouer les trouble-fêtes dans le groupe, à commencer par Manu Guigou. On ne court pas dans les mêmes conditions (ouvreurs, pneumatiques, etc.), mais c’est quand même très sympa ! Pour le Team Chazel by GT2i aussi, tout est encore possible. C’est une émulation supplémentaire, et qu’ils finissent sur le podium serait pour moi faire un beau cadeau de remerciements à toute l’équipe !”

Astier (Twingo R1) : “Un pur bonheur…”

Les Cévennes, cadeau pour ses 20 ans, devaient être un “one shot” pour Loïc Astier. Mais il n’était pas prudent de mettre le garçon dans une auto de rallye… il risquait d’y prendre goût ! Pour preuve, on le retrouve au départ du Var, tout juste 4 semaines après sa première expérience. “Etre au départ, c’est un pur bonheur. Ça n’était pas du tout prévu et ça s’est fait au dernier moment. On a trouvé quelques partenaires et Renaud Chazel, que je remercie, a fait un effort particulier pour nous permettre d’être là ! Ce n’est que mon deuxième rallye, donc je n’ai aucun objectif particulier hormis être à l’arrivée et continuer à prendre de l’expérience. J’ai beau être du coin, je ne connais pas particulièrement les spéciales, et le Var c’est un gros morceau. En plus, mon copilote est sur le Rallye du Mistral, donc je vais faire les recos avec ma mère, qui d’habitude copilote mon père (et qui fera également le Var sur sa Xsara personnelle, NDLR). Et je retrouverai mon copi pour la course, qui travaillera avec les notes de ma mère. C’est fun, mais un peu compliqué…”

Jouines (Twingo R1) : “Me battre pour la victoire… “

Après une 5e place au Mont Blanc et une 4e aux Cévennes, Jean Jouines vient au Var avec la ferme intention de confirmer ses bons résultats… “J’aborde ce rallye de manière différente que les précédents. Jusqu’à présent, et par manque d’expérience, je roulais en essayant de terminer au mieux dans le Top 5. Je passe à l’étape supérieure, avec l’objectif de me battre pour la victoire. Pour cela, je n’ai rien laissé au hasard dans tout ce qui concerne la préparation, et je compte aussi m’appuyer sur le fait que j’ai déjà fait trois fois le Var. Cette expérience acquise devrait m’aider à atteindre mon objectif ! ”

Margiotta (Twingo R1) : “Bien terminer la saison ! “

On n’a pas revu Joffrey Margiotta sur les routes depuis le Mont Blanc. Une longue période d’interruption… “C’est vrai que l’on va manquer de roulage. D’autant qu’au Mont Blanc, ça ne s’était pas trop bien passé… On manquait de motivation, je n’étais pas dans le coup, même si l’objectif fixé avait été atteint. On a zappé les Cévennes, car avec notre petit budget, on ne peut pas faire n’importe quoi ! On a préféré faire la dernière épreuve de la saison. Ça sera une première participation, et je sais que le Var est un rallye difficile. Mais on n’a rien à jouer, donc on ne va pas prendre de risques inutiles. Le but est de reprendre confiance au volant, de prendre du plaisir, de rallier l’arrivée et de bien terminer la saison !”

Rallye des Fenouillèdes

Janel et Folb au départ

Comme tous les ans, en même temps que le Var se déroule le Rallye des Fenouillèdes, trentième du nom. Une épreuve incontournable pour les pilotes de la Ligue Midi-Pyrénées, Pascal Janel en tête…

Rallye avorté pour Pascal Janel au tout récent “Cévennes”. “Ce fut une grosse déception, mais deux crevaisons simultanées, il n’y avait pas grand chose à faire. Je suis rentré frustré, mais du coup, j’ai reporté ma motivation des Cévennes sur les Fenouillèdes. La partie ne va pas être facile, avec un gros plateau et une énorme concurrence, mais je vais me battre pour conserver ma troisième place à la Ligue. Je suis de mieux en mieux avec la voiture, que je ne subis plus et que je maîtrise de plus en plus. L’apprentissage aura été long, mais commence à porter ses fruits. Je suis optimiste…”

Autre pilote au départ, Terry Folb pilotera une Clio R3 Maxi, avec son ami Matthieu Captet dans le baquet de droite. Equipage d’expérience, mais inexpérimenté… “Nous sommes tous les deux moniteurs de pilotage au Circuit du Roussillon, mais totalement débutant en rallye asphalte. On va avoir beaucoup de choses à découvrir. Pour ma part, la seule grosse expérience, c’est ma participation cette année aux 24 Heures TT de Paris. Pas grand chose à voir avec les Fenouillèdes, que l’on a choisi parce que c’est chez nous. Moralité : on veut voir l’arrivée, prendre un peu d’expérience… et se faire plaisir !”

Propos recueillis par Daniel PERRIN pour CHAZEL TECHNOLOGIE COURSE
Photos : © GraficLand – DR – Amaury Guns (Cherain) – Alex Richard (Margiotta) – Stef de Védas (Janel)

0 Responses to "Dernière manche du Championnat de France : CHAZEL NE LÂCHE RIEN"

  1. shaun dit :

    .

    ñïñ çà èíôó!…

  2. Jackie dit :

    .

    áëàãîäàðñòâóþ!…

  3. erik dit :

    .

    ñýíêñ çà èíôó!…

  4. dennis dit :

    .

    thanks for information!…

Leave a Reply

*