Conseils Pro: Freinage et transfert de chasse

Posté par Guillaume | Dans Freinage, Pilotage | Le 08-11-2011 |

1

schémaLA THÉORIE : LE TRANSFERT DE MASSE

Quand la voiture roule à vitesse constante, elle s’appuie de manière homogène sur ses deux essieux AV et AR : assiette horizontale. Si la voiture évolue, les forces appliquées sur les trains varient : on appelle cela un transfert de masse.
La voiture freine, elle s’appuie plus sur le train AV, et déleste le train AR. Il s’agit d’un transfert de masse sur l’AV. La voiture accélère, elle déleste le train AV et s’appuie plus sur le train AR. Il s’agit d’un transfert de masse sur l’AR.

LA TENUE DE ROUTE : L’ADHÉRENCE DU PNEUMATIQUE

L’élément clef de la tenue de route est le pneumatique, seul élément entre la route et la voiture. Plus on met de force sur le pneumatique, plus il possède d’adhérence (jusqu’à son point de rupture : le blocage des roues). Moins on met de force sur le pneumatique, moins il possède d’adhérence.

L’ART DE FREINER

En fait c’est là où tout se passe.C’est une phase très délicate du pilotage car elle conditionne l’entrée dans une courbe mais aussi la ré-accélération pour sortir le plus vite possible vers la ligne droite qui suit.
Lors d’un freinage, il se crée un transfert de masse qui augmente la charge sur le train avant. Le train avant reçoit plus d’adhérence devient plus directionnel. Le train AR s’allège, moins adhérent, il devient plus mobile.
Ce transfert est d’autant plus important que la vitesse est élevée pour une pression de freinage identique. On pourra freiner plus fort lorsque la vitesse de la voiture sera plus élevée.

Il faudra utiliser un freinage dit « dégressif » (très fort au début et moins fort au fur et à mesure du ralentissement) pour rester au maximum du potentiel d’adhérence des roues et éviter le blocage.
Un blocage de roue rallonge la distance de freinage et fait perdre le pouvoir directionnel de l’auto, vous vous retrouvez à bord d’une « luge ». Il faut donc chercher à moduler votre pression de freinage pour retrouver le maximum d’adhérence. Il ne faut pas « pomper » car vous aller créer des changements d’assiette qui rallongeront les distances de freinage. C’est un exercice qui demande un peu de pratique pour le ressentir et l’optimiser.

NÉGOCIER UN VIRAGEvirage

Lors d’un freinage, le transfert de masse augmente l’adhérence sur le train avant et le train AR s’allège. En le combinant avec un léger braquage en fin de freinage, vous allez sentir la voiture s’inscrire dans le virage. Le train AV est scotché à la corde et l’AR en dérivant, facilite la négociation du virage.

Pour arrêter la glisse du train arrière, il faut :

- remettre de la pression sur les roues AR avec une traction AV simplement en ré-accélérant.

- Plus difficile avec une propulsion car on ne peut que rééquilibrer la voiture en enlevant de la pression sur le train AV : le contre braquage.

Attention : Plus la vitesse est élevée plus les mouvements de la voiture sont importants. A maitriser parfaitement avant usage.

Ces figures sont interdites sur la route. A pratiquer uniquement sur circuit.

Nombre de commentaires (1)

acknowledges@drier.meringue » rel= »nofollow »>.…

ñïàñèáî!!…

Ecrire un commentaire