Une victoire de plus pour Romain Dumas au 24h de SPA-FRANCORCHAMPS

Posté par Guillaume | Dans Pilotes, Résumé épreuves | Le 03-08-2010 |

0

romain_dumas_spa_24hAprès s’être offert les 24h du Mans, Romain Dumas gagne les 24h de SPA.

Cette saison 2010 ne restera décidément pas comme les autres dans le palmarès de Romain Dumas. Sept semaines après son retentissant triomphe aux 24 Heures du Mans avec l’Audi R15 Plus, le pilote originaire d’Alès s’est offert une nouvelle victoire dans une course de 24 Heures, à Spa-Francorchamps.

Entre le pilote Porsche et l’épreuve belge, c’est une longue histoire d’amour et si les programmes américains l’avaient quelque peu éloigné de cette grande classique d’endurance réservée aux GT, il avait hâte d’y revenir pour tenter de s’y offrir un nouveau succès après la victoire historique décrochée en 2003 au nez et à la barbe des GT1. C’est justement ce que Romain est arrivé à faire ce week-end dans les Ardennes en compagnie de Jorg Bergmeister, Wolf Henzler et du jeune espoir autrichien Martin Ragginger. Au volant de la Porsche 997 GT3 RSR de l’équipe italienne BMS Scuderia Italia, les quatre hommes revendiquaient un niveau de performance parmi les plus élevés du plateau mais dans cette épreuve où, en marge des GT2 traditionnelles que sont les Porsche RSR et les Ferrari 430, la présence des BMW M3 officielles et de nombreuses GT3 extrêmement affutées compliquait singulièrement la mission. Qui plus est avec des conditions climatiques des plus aléatoires !
Classée 3ème en GT2 aux dernières 24 Heures du Mans, la Porsche de l’équipe BMS Scuderia Italia s’était qualifiée au 8ème rang à l’issue des essais jeudi. Un résultat que d’aucun aurait considéré comme modeste mais forte de sa grande expérience en endurance, l’équipe transalpine avait d’ores et déjà mis le cap sur la course à l’heure où certains souhaitaient réaliser un coup d’éclat en essais. Déterminer les meilleurs réglages, obtenir la voiture la plus confortable possible à piloter, telles étaient les priorités de Romain et ses équipiers tout au long de la semaine. Objectif atteint puisqu’ils disposaient d’une voiture à la fois performante et totalement équilibrée à l’heure du départ. De quoi rassurer Romain, qui connaît mieux que quiconque l’importance de disposer d’une voiture facile à piloter en toutes circonstances, à fortiori sur un circuit sélectif comme celui de Spa-Francorchamps, où les conditions climatiques peuvent rapidement varier du tout au tout. Jamais loin, la Porsche #23 est en fait restée en embuscade tout au long de la course.
Après que les Ferrari et les Audi aient trébuché, la BMW de tête craquait à moins d’une heure de l’arrivée. La grande régularité des pilotes BMS permettait in-extremis de transformer une probable 2ème place en une victoire à l’arrachée.
L’équipe BMS, qui avait déjà remporté l’épreuve en 2004 avec une Ferrari 550 Maranello, remporte ainsi une nouvelle victoire dans les Ardennes. Pour Romain, il s’agit de la 2ème au général et la 4ème en catégorie GT2. Remporter les 24 Heures du Mans et les 24 Heures de Spa-Francorchamps la même année, personne n’avait réussi cet exploit depuis Luigi Chinetti en 1949 !
Après avoir fait tombé le mythique record de la distance aux 24 Heures du Mans, Romain Dumas n’en finit plus de sculpter l’un des plus beaux palmarès dans l’histoire des courses d’endurance.

dumas_24h_spa« Cette victoire ne ressemble en rien à celle de 2003 où personne ne nous attendait. Cette année, on ne peut pas dire que l’on ne figurait pas parmi les prétendants à la victoire. Pour autant, nous n’étions pas les favoris car Ferrari et BMW affichaient des performances encore plus élevées que les nôtres.
Mais comme toujours, les performances sont une chose mais tenir la distance en est une autre. Je m’en étais déjà bien rendu compte il y a deux mois en arrière au Mans et cela s’est à nouveau vérifié ici. Une victoire en endurance se construit autour d’une règle immuable : la régularité en piste et l’absence de problèmes en tout genre. Aux 24 Heures du Nürburgring, nous étions partis pour l’emporter avec la Porsche mais c’est finalement BMW qui s’est imposée in extremis. Là, c’est un peu une revanche que nous avons prise puisque c’est exactement l’inverse qui s’est produit. Je suis très heureux de renouer avec la victoire ici avec Porsche. C’est une épreuve spéciale pour moi car c’est aussi grâce à ma victoire ici en 2003 que j’ai la chance de mener une belle carrière depuis. Nous avons réalisé une prestation assez solide avec mes équipiers, comme on doit le faire dans ce genre d’épreuve en pensant avant tout au résultat final et en anticipant les nombreux pièges disposés par la concurrence. En début d’année, après l’arrêt du programme avec Penske, je m’attendais à une année assez calme… j’étais bien loin d’imaginer que je gagnerai alors les 24 Heures du Mans puis les 24 Heures de Spa dans la même saison. Une nouvelle preuve qu’il y a de très belles surprises dans la vie ! »

romaindumas.com

Ecrire un commentaire